Skip main navigation
We use cookies to give you a better experience, if that’s ok you can close this message and carry on browsing. For more info read our cookies policy.
We use cookies to give you a better experience. Carry on browsing if you're happy with this, or read our cookies policy for more information.

Des tests de la vue pour repérer les défauts de réfraction en milieu scolaire

Cet article est adapté de : Murthy, G.V.S. Vision testing for refractive errors in school ‘screening’ programmes. Comm Eye Health Vol. 13 No. 33 2000 pp 03 - 05.

Détection des défauts de réfraction non corrigés dans les pays en développement

La proportion d’enfants qui sont aveugles ou malvoyants en raison d’erreurs de réfraction peut servir à l’évaluation du niveau de développement des services de soins oculaires dans un pays donné.

Les tests de la vue chez les enfants sont effectués pour améliorer la détection précoce et le pronostic, et réduire tout handicap éventuel. Le mot « dépistage » a une signification très précise en santé publique, avec des critères clairement définis qui doivent être appliqués avant qu’un programme de dépistage soit mis en place.

Lorsque l’on parle de la détection des défauts de réfraction, le terme “dépistage” ne s’applique pas vraiment : le terme de “test de la vue” est sans doute plus approprié.

Évaluation des besoins

Il existe peu de données épidémiologiques mondiales disponibles, et elles varient d’un endroit à un autre. Néanmoins, au moins 2 000 enfants / million d’habitants présentent des défauts de réfraction supérieurs à -1,00 D dans les deux yeux. Ce sont ces enfants que doit cibler tout programme de test de la vue en milieu scolaire. La figure 1 montre comment les défauts de réfraction chez l’enfant varient entre les différents groupes d’âge.

Figure 1. Les enfants de différents groupes d’âge ont des problèmes et des besoins différents

Groupe d'âgeBesoins spécifiques
Groupe d'âge : maternelle < 6 ans
  • Les défauts de réfraction importants sont rares
  • Les défauts de réfraction non détectés et non corrigés, les maladies oculaires et le strabisme peuvent conduire à l'amblyopie
Groupe d'âge : école primaire, 6 à 11 ans
  • Âge auquel la myopie commence à se développer
  • Les défauts de réfraction non détectés qui se sont développés à un âge plus précoce sont toujours présents
  • Il est probablement trop tard pour le traitement de l'amblyopie
Groupe d'âge : école secondaire, 12 ans et plus
  • La myopie évolue, puis se stabilise
  • Les défauts de réfraction non détectés qui se sont développés à un âge plus précoce sont toujours présents

Planification d’un programme de test de la vue chez les enfants

Lors de la planification d’un programme de test de la vue chez les enfants, il est impératif de réfléchir et de répondre à plusieurs questions. Le plus important consiste à décider de l’objectif du programme ou de la raison pour laquelle il est mis en place.

L’organigramme ci-dessous montre les décisions qui doivent être prises lors de la planification de programmes de test de la vue.

Figure 2. Organigramme décisionnel

Decisions that need to be made when planning
Cliquer pour agrandir

Objectif du programme de test de la vue

Si l’objectif est de détecter et corriger les problèmes susceptibles de conduire à une amblyopie (défauts de réfraction, maladies oculaires à l’origine d’une déficience visuelle et strabisme), le programme doit se concentrer sur le groupe d’âge des enfants des classes maternelles. Le lieu et la manière dont les tests sont administrés à de jeunes enfants peuvent constituer des défis logistiques, et pour cette raison ces tests ne sont pas mis en place dans beaucoup de pays, y compris les pays industrialisés.

Si l’objectif est de détecter et traiter les défauts de réfraction « importants », le programme doit cibler les enfants plus âgés, par exemple les 12 -14 ans, pour détecter la myopie de la puberté. La fréquence des tests de la vue doit aussi être liée à la disponibilité des ressources. Si les conditions sont favorables, les enfants doivent faire l’objet d’un examen une fois pendant leurs années de scolarité primaire (6 à 11 ans) et une fois au début de l’adolescence (12 à 14 ans).

Tests de la vue en milieu scolaire dans les zones aux ressources limitées : comment et qui ?

L’examen initial identifie les enfants qui « échouent » au test et nécessitent un test de réfraction et un examen plus approfondi.

Il faut décider si la vision sera testée séparément pour chaque œil, ou avec les deux yeux ouverts. Le niveau d’acuité visuelle correspondant à un « échec » doit également être décidé.

Si le niveau d’acuité visuelle utilisé comme seuil est trop élevé (par exemple, 6/10e), le test détectera une proportion élevée d’enfants qui n’ont pas besoin de lunettes ou qui ne les accepteraient pas. Si ce seuil est trop bas (par exemple, < 1/10e dans le meilleur œil), le test ne détectera que les enfants présentant une déficience visuelle sévère.

Pour augmenter la rentabilité d’un programme de test de la vue en milieu scolaire, il est recommandé d’utiliser un seuil de < 5/10e dans le meilleur œil, car il est susceptible d’entraîner une meilleure observance du port de lunettes. Les enfants qui échouent à ce test sont orientés vers un test de réfraction.

La méthode utilisée pour tester la vue doit être valide (voir figure 3). Il faut viser un équilibre entre sensibilité et spécificité, pour détecter facilement les enfants qui bénéficieraient d’une prise en charge tout en évitant de surcharger les services avec de faux négatifs.

Figure 3. Résultat des tests de la vue à l’école

Validity of vision testing
Cliquer pour agrandir

Les tests de la vue n’ont pas besoin d’être administrés par des professionnels de l’ophtalmologie hautement qualifiés, et les enseignants, après une formation d’un jour et munis d’un kit de test de vision (comme c’est le cas en Inde), sont souvent les mieux placés pour tester les enfants.

Procédure de test de la vue en milieu scolaire

Les tests de la vue peuvent être effectués à un moment propice durant l’année scolaire. La procédure du test doit être expliquée ; par exemple on montre un « E » découpé pour l’optotype 5/10e, et l’on explique la direction des « bras » du E. Si l’enfant porte déjà des lunettes, la vision doit être testée avec les lunettes, et elle ne doit pas être testée en groupe, car les enfants ont tendance à s’aider les uns les autres. La rotation empêche la mémorisation des résultats. Un bon éclairage est important et les tests en extérieur sont possibles. Il faut noter la vision de chaque enfant et dresser une liste d’orientation-recours, comportant les noms de tous les enfants qui ont échoué au test. Si les enfants sont testés et qu’il n’y a pas de système d’orientation-recours, le programme est voué à l’échec. Les parents doivent être impliqués afin qu’ils puissent participer au processus.

Prestation de services et suivi

Il faut donner aux parents la possibilité d’acheter des lunettes de bonne qualité et d’un prix abordable. Chaque enfant doit être réexaminé à des intervalles de 1 à 2 ans par l’optométriste/l’ophtalmologiste, car la myopie peut être progressive.

Suivi, évaluation et impact

Les programmes de test de la vue ne prennent pas fin avec la fourniture de lunettes, car il est important d’évaluer les bénéfices du programme. Un suivi régulier permet de s’assurer que le programme fonctionne bien. L’évaluation peut mettre en évidence un impact direct et indirect du programme, notamment des bénéfices pédagogiques, sociaux et économiques résultant de l’amélioration de la vision, pour les enfants en âge scolaire et également pour leurs proches et leur communauté.

Récapitulatif

En conclusion, les programmes de test de la vue en milieu scolaire sont simples à mettre en œuvre, nécessitent peu de ressources, profitent singulièrement aux enfants présentant des défauts de réfraction importants et ont un impact sur les communautés concernées, en augmentant leurs connaissances sur les troubles de la vue et leur prise en charge. Ces programmes nécessitent toutefois une planification et une allocation des ressources attentives.

Discussion

Réfléchissez aux programmes de test de la vue en milieu scolaire dans votre contexte local, ou dans le district de Zrenya (voir étape 2.7) si vous le préférez. Selon vous, quels sont les principaux atouts du dépistage à l’école ? Pouvez-vous envisager des faiblesses ou problèmes éventuels qui devront être réglés lors de la planification d’un programme de dépistage en milieu scolaire ?

Share this article:

This article is from the free online course:

La Cécité dans le Monde: Planifier et Gérer les Services de Soins Oculaires

London School of Hygiene & Tropical Medicine

Contact FutureLearn for Support