Skip main navigation

Hurry, only 2 days left to get one year of Unlimited learning for £249.99 £174.99. New subscribers only. T&Cs apply

Find out more

Quels sont les facteurs de risque en prison ?

Nous examinerons ici ce qui se passe dans les prisons et pourquoi cela rend les gens plus vulnérables aux maladies infectieuses.

Il est également important de prendre en compte les conditions et les facteurs de risque auxquels les personnes sont confrontées une fois qu’elles entrent en prison.

Une fois que les personnes arrivent en prison, il existe un certain nombre de facteurs liés aux prisons elles-mêmes et aux comportements fréquemment observés chez les personnes placées sous main de justice, qui rendent ces dernières plus vulnérables aux maladies infectieuses. Ces facteurs ne s’appliquent pas à toutes les personnes placées sous main de justice.

Diagram with text of all risks of living in prison

Ces comportements ou circonstances rendent les personnes placées sous main de justice plus vulnérables aux maladies infectieuses une fois qu’elles vivent en prison. Voici quelques explications brèves :

Manque d’hygiène

Souvent, les produits de nettoyage ne sont pas mis à disposition des PPSMJ en prison par crainte qu’elles ne s’automutilent. De plus, dans quelques prisons, les PPSMJ n’ont pas accès à des installations adéquates (par exemple, des toilettes) dans leur cellule. Ces deux facteurs entraînent une baisse du niveau d’hygiène dans les cellules des prisons.

Surpopulation

Les prisons sont souvent surpeuplées. Cette forte densité de personnes facilite la propagation des maladies infectieuses d’une personne à l’autre.

Partage des cellules, des douches et des toilettes

Les maladies infectieuses peuvent facilement se propager lorsque des personnes utilisent les mêmes espaces et touchent les mêmes surfaces sans les nettoyer entre deux utilisations.

Rapports sexuels non protégés

Les PPSMJ sont plus susceptibles d’avoir été en contact avec des maladies sexuellement transmissibles, par exemple le HPV, lors de rapports sexuels non protégés. L’accès aux moyens de protection, notamment les préservatifs, peut être limité dans les prisons.

Utilisation d’aiguilles partagées ou souillées

Les PPSMJ sont plus à risque d’entrer en contact avec l’hépatite B ou C, ou d’autres maladies, lors de l’utilisation d’aiguilles pour injecter de drogues ou pour faire un tatouage. Les aiguilles sont plus difficiles à désinfecter en prison, car les détenus n’ont souvent pas accès à des produits de nettoyage spécifiques.

Consommation de drogues contaminées

La prise de drogues contaminées par de la terre, par exemple, peut entraîner une infection par la bactérie du tétanos. Les drogues n’étant pas autorisées dans les prisons, elles sont souvent introduites en contrebande à partir de sources non identifiables, ce qui rend leur qualité douteuse.

Mauvaise ventilation

Les prisons sont souvent dans des bâtiments anciens avec peu de fenêtres qui peuvent être ouvertes pour permettre à l’air de circuler et de se renouveler. Par conséquent, les maladies infectieuses qui se propagent par l’air, comme le COVID-19 ou la grippe, peuvent se propager beaucoup plus vite et facilement dans les prisons.

Un gros turnover

Les personnes passent d’une prison à l’autre pendant qu’elles purgent leur peine. Le personnel également entre et sort de la prison. Ce flux de personnes à travers les prisons représente de nombreuses opportunités pour les maladies infectieuses d’entrer dans les prisons.

Accès limité à l’éducation à la santé

Les PPSMJ ont un accès limité à l’information. Par conséquent, elles pourraient ne pas être informées des avantages de la vaccination ou d’autres mesures sanitaires.

Accès limité aux services de santé

Les PPSMJ sont plus susceptibles de rencontrer des difficultés pour accéder aux services de santé, par exemple la vaccination, les traitements ou les tests de dépistage.

Tous ces facteurs expliquent pourquoi une fois en prison, les personnes peuvent avoir plus de difficultés à accéder aux soins de santé, par exemple les vaccinations, et peuvent être davantage exposées à des maladies infectieuses dans l’environnement carcéral.

This article is from the free online

Santé en prison : Vaccinations pour les personnes travaillant et vivant en prison (personnel non formé à la vaccination)

Created by
FutureLearn - Learning For Life

Reach your personal and professional goals

Unlock access to hundreds of expert online courses and degrees from top universities and educators to gain accredited qualifications and professional CV-building certificates.

Join over 18 million learners to launch, switch or build upon your career, all at your own pace, across a wide range of topic areas.

Start Learning now