Le cycle de planification. Phase 3: Gérer le programme

Suivi des progrès

Dans cette étape, nous nous intéressons aux raisons qui justifient le suivi et l’évaluation des plans de district. Cet article est adapté de : Planning for VISION 2020 at the district level, International Centre for Eye Health, London School of Hygiene & Tropical Medicine; 2006.

Mesurer, c’est connaître

Il existe quatre raisons majeures pour lesquelles nous procédons au suivi et à l’évaluation des plans de district :

  1. Pour aider toutes les personnes impliquées dans le plan à suivre les progrès réalisés par rapport aux objectifs convenus et pour permettre les changements nécessaires à apporter à la mise en œuvre
  2. Pour motiver le personnel grâce à des retours sur les performances
  3. Pour obtenir des éléments concrets qui étaieront la recherche de financements
  4. Pour échanger des informations avec d’autres programmes concernant les réussites et les problèmes rencontrés dans un plan de district spécifique.
  5. Pour suivre les progrès au regard des objectifs convenus, il est nécessaire de disposer d’indicateurs clairs. Ceux-ci peuvent être mensuels, trimestriels ou annuels, selon leur finalité et le niveau auxquels ils sont recueillis.

Il est essentiel qu’un système de suivi et d’évaluation soit convenu et qu’il soit opérationnel avant que commence la phase de mise en œuvre du programme. En mettant en place un système d’information de gestion (SIG) dès le début du projet, il est possible d’établir les données de référence et de mesurer ultérieurement l’impact des interventions du plan.

Il est important de choisir des indicateurs :

  • Valides : c’est-à-dire qu’ils mesurent bien ce qu’ils sont censés mesurer
  • Fiables : même s’ils sont utilisés par différentes personnes à différents moments
  • Sensibles : ils réagissent aux changements apportés à la situation ou à la cible mesurée
  • Spécifiques : ils reflètent des changements touchant uniquement la situation ou la cible concernée.

Les indicateurs de suivi doivent se concentrer sur :

  • L’impact de la charge de la cécité et des déficiences visuelles
  • Les résultats concernant la prévention et le traitement de maladies spécifiques
  • Le développement des ressources humaines en ce qui concerne la disponibilité des compétences techniques
  • Le développement du système de soins oculaires en ce qui concerne les prestations, les ressources et la gestion.

Tous les indicateurs relevés doivent être utilisés. Le suivi va permettre à l’équipe de direction de décider si :

  • Les objectifs et les cibles sont réalistes/réalisables
  • Les stratégies sont efficaces et effectives
  • Le programme est bien géré.

Au moment de commencer la planification, il faut émettre un certain nombre d’hypothèses. La planification est un processus en constante évolution : au fur et à mesure de la mise en œuvre du programme, nous en apprendrons davantage sur la situation, nous aurons une vision plus complète et, par conséquent, en procédant à l’évaluation des pratiques passées, nous devrons corriger et améliorer nos stratégies et cibles.

Par exemple, dans n’importe quel programme de santé oculaire en milieu scolaire, le nombre de paires de lunettes prescrites peut se montrer faible au début du programme. Au fur et à mesure que les tests de la vue sont de plus en plus couramment effectués, le nombre de paires de lunettes nécessaires augmente, et avec lui le coût de l’intervention. Il pourra devenir nécessaire d’augmenter les dons de lunettes ou de demander aux parents de payer pour les lunettes (une somme modique). Les interventions ultérieures dans d’autres écoles seront mieux préparées à cette augmentation du besoin en ressources pour atteindre les résultats souhaités.

Dans cet exemple, les enseignants tiennent un registre du nombre d’enfants orientés vers un service de réfraction, du nombre d’entre eux qui portent des lunettes et des résultats scolaires des enfants avant et après l’orientation vers le service. Ces indicateurs permettent :

  1. De suivre les progrès réalisés dans la réduction de l’une des causes de cécité affectant l’apprentissage
  2. L’évaluation des interventions de lutte contre et de correction de la déficience visuelle causée par des défauts de réfraction.

En effectuant un suivi régulier nous pourrons faire apparaître des résultats qui s’écartent de la norme attendue. Cela nous permettra de poser des questions, d’œuvrer à l’amélioration de nos méthodes et, pour finir, d’évaluer le but initial de notre plan.

Discussion

Qui sont les principaux acteurs intéressés par les informations recueillies durant un processus de suivi ? Comment l’équipe de direction peut-elle/doit-elle utiliser ces informations ?

Share this article:

This article is from the free online course:

La Cécité dans le Monde: Planifier et Gérer les Services de Soins Oculaires

London School of Hygiene & Tropical Medicine